Planification fiscale

La planification fiscale consiste à planifier et mettre en place des stratégies ou un "Plan de match" pour vous faire économiser le maximum d'impôt tout en respectant les règles fiscales toujours plus complexes.

Une bonne planification fiscale c'est entre autre... :

Aider les clients à choisir les bons véhicules pour faire de l'investissement entre le REER, CELI, REEE, REEI, etc. mais aussi de planifier le décaissement de ces placements pour minimiser la facture d'impôt.

Aider le client à maximiser sa retraite et mettre en place des stratégies de décaissement d'actifs pour éviter de perdre des prestations provenant du gouvernement, tel que le supplément de revenu garanti ou la pension de vieillesse du Canada.

Proposer et mettre en place des structures corporatives pour maximiser l'épargne et réduire les impôts.

Structurer et mettre en place des méthodes qui permettent de rendre les intérêts que vous payez, déductibles d'impôt.

Mettre en place des fiducies, des compagnies de gestion ou autres structures complexes qui permettront un partage des revenus entre les membres d'une famille et ainsi réduire les impôts.

Plusieurs autres stratégies et concepts sont disponibles, une bonne connaissance du client et des buts recherchés nous permettront de vous proposer la meilleure solution qui vous convienne.


Nous ne vendons aucun produit financier et nous ne sommes pas rémunérés à la commission, donc nos recommandations sont toujours en votre faveur.


Votre conseiller financier connait bien les produits financiers disponibles pour répondre à vos besoins, mais il n'est pas nécessairement un expert en impôt.

Nous pouvons donc faire équipe avec votre conseiller financier (banquier, conseiller en placement, courtier d'assurance ou autre) pour apporter des idées ou des stratégies de haut niveau.

L'impôt et les règles ficales sont complexes, il est toujours mieux de nous consulter avant de mettre en place des stratégies financières qui reposent sur des règles fiscales précises.


Questions fréquentes

Q Devrais-je prendre des REER ou payer mon hypothèque ?

R Il est difficile de répondre à cette question simplement car, chaque cas est unique. Par contre, nous pouvons affirmer que de façon générale, si votre taux de rendement du placement dans votre REER est plus élevé que le taux que vous payez sur votre hypothèque, il est préférable pour vous de cotiser à votre REER.

 

De plus, si vous êtes capables de mettre en place une stratégie qui permet de transformer les intérêts non déductibles que vous payez sur votre hypothèque en intérêts déductibles (technique de mise à part de l'argent), vous avez encore plus de raisons de cotiser à votre REER plutôt que de payer votre hypothèque.


Q Je dois m'incorporer car les entreprises paient beaucoup moins d'impôt versus un travailleur autonome ou une entreprise individuelle, est-ce vrai ?

R Oui, normalement une société paie un taux d'impôt plus faible qu'un particulier mais pas tout le temps. Un particulier avec un revenu faible aura un taux d'imposition plus bas. Par exemple, une personne monoparentale avec un revenu net de travailleur autonome de 30 000$ annuellement aura un taux d'imposition plus bas qu'une société avec le même bénéfice net.

 

De plus, il faut savoir que seulement les revenus qui demeurent dans la société seront imposés au petit taux des sociétés. Si la totalité des revenus est versée en salaire et autres dépenses et que le bénéfice de la société est nul, celle-ci n'aura aucun impôt à payer, donc aucun avantage d'un petit taux d'imposition.

 

Il existe un principe d'intégration qui fait en sorte qu'un revenu gagné directement par un individu ou via une société, et que le bénéfice après impôt de cette société soit versé en dividendes à son actionnaire, l'impôt total de l'individu, comparé à l'impôt de la société additionné à l'impôt de l'individu seront pratiquement identique.

 

Donc avant de vouloir mettre en place une société incorporée, consultez-nous.

Q Est-ce que c'est mieux le REER ou le CELI ?

R Encore une fois, cela dépend de plusieurs variables et la réponse va dépendre de votre sitution personnelle et familliale.

Nous pouvons tout de même affirmer que dans tous les cas :

  • Si vous avez un taux d'imposition élevé au moment de contribuer au REER et que votre taux d'imposition risque d'être petit au moment où vous allez retirer votre REER, vous devriez opter pour le REER au lieu du CELI.
  • À l'inverse, si vous avez un petit taux d'imposition au moment d'investir de l'argent et que vous savez qu'il sera élevé au moment où vous allez le retirer, vous devriez opter pour le CELI.
  • Si votre taux d'imposition restera le même entre le moment où vous investissez l'argent et le moment du retrait, vous n'avez aucune différence entre choisir un REER ou un CELI.

 

Plusieurs autres facteurs peuvent influencer le choix, par exemple en cotisant au REER, vous pourriez augmenter vos prestations fédérales et provinciales pour enfants, s'il y a lieu. Vous pourriez éliminer un remboursement de prestation d'assurance-emploi, ou autre prestation, comme la pension de sécurité de la vieillesse.


Q Est-ce que l'intérêt que je paie sur mon hypothèque ou autres prêts peut être déduit dans mon impôt ?

R  De façon générale, non.

 

Par contre, il existe des stratégies qui permettent de rendre les intérêts déductibles. Il s'agit principalement de la technique de la mise à part de l'argent.

 

Une bonne planification vous permettra de rendre le maximum des intérêts que vous payez, complètement déductibles.

 

Par exemple, si vous avez 30 000$ en épargne et que vous avez un prêt hypothécaire de 150 000$ sur votre résidence. Vous pouvez simplement prendre le 30 000$ et rembourser votre hypothèque de ce montant. Par la suite, vous pouvez reprendre le même montant, soit le 30 000$ en hypothéquant de nouveau pour 150 000$ et refaire de l'investissement avec. Votre situation financière n'aura aucunement changé une fois les deux transactions effectuées. Vous aurez toujours un placement de 30 000$ et un hypothèque de 150 000$. Par contre, l'intérêt que vous payez sur le 30 000$ d'hypothèque sera alors totalement déductible face aux revenus de placement sur votre 30 000$.

 

Avec un taux hypothécaire de 4%, si ce taux est déductible et que votre taux d'impôt est de 38%, vous paierez alors un taux après impôt sur votre hypothèque de seulement 2.48%.

Nous avons les réponses...

Laissez-nous vous aider à planifier adéquatement et vous faire sauver des milliers de dollars d'impôt !


Il n'y a rien de plus satisfaisant pour nous...

Que de trouver la meilleure stratégie pour VOUS.


Nous voulons vous aider :

  • Analyse complète, neutre et impartiale
  • Des solutions novatrices 
  • Vous faire économiser de l'impôt et augmenter votre rendement net de vos investissements.
  • Planification de haut niveau (structure corporative, fiducie, stratégie de transfert inter-générationnel)
  • et encore plus...

Pour débuter, il suffit de nous appeler: